Partenaires

CNRS



Rechercher


Accueil > Agenda

Soutenance de thèse Antonin CHABERT

Soutenance de thèse Antonin CHABERT

Vendredi 8 novembre 2019
à Aix-en-Provence (MMSH) salle G. Duby 14h00

Thèse présentée pour obtenir le grade universitaire de docteur en Anthropologie sociale et culturelle

Anthropologie du carnaval de Nice Politiques, professions et esthétiques de la fête

- Antonin CHABERT
sous la direction de Valérie FESCHET, Aix-Marseille Université

Rapporteurs :
- Agnès JEANJEAN, Professeure, Université de Nice-Sophia Antipolis
- Michel RAUTENBERG, Professeur, Université de Saint-Etienne
Examinateurs :
- Tiphaine BARTHELEMY, Professeure, Université de Picardie
- Nicolas ADELL-GOMBERT, Maître de Conférences HDR, Université de Toulouse II
- Cyril ISNART, Chargé de recherche HDR, CNRS IDEMEC

RESUME

Se fondant sur une ethnographie minutieuse, cette thèse propose une anthropologie du carnaval de Nice à partir des dynamiques, politiques, professionnelles et esthétiques. Les données recueillies permettent de comprendre la fabrique politique et institutionnelle de la fête aux regards des mécanismes touristiques qui la conditionnent. Les techniques de marketing festif, les stratégies évènementielles confèrent en effet à ce carnaval une dimension touristique et consumériste. Cela dit, l’analyse ne peut être appréhendée uniquement sous l’angle des institutions ou d’une mécanique verticale et dualiste. Le modèle festif niçois, carnaval-spectacle, suscite aussi des discours d’opposition ainsi que des alternatives construisant un contre-modèle permettant d’interroger la définition même de la notion de carnaval. Les formes de renouvellement, par exemple à travers l’apparition d’un carnaval gay (Queernaval), témoignent d’une réappropriation de la fête par des acteurs locaux. La construction du carnaval se définit aussi comme un métier à part entière (celui de « carnavalier »). Il est structuré en entreprises spécialisées dirigées par des lignées familiales locales, conditionné par des systèmes d’apprentissage, des catégories, des hiérarchies, une main d’oeuvre, des concurrences. Le choix de l’artisanat du carnaval peut être animé par une quête passionnelle ou émotionnelle mais il peut également représenter une opportunité professionnelle. Enfin, la fabrique de la fête s’appréhende par sa dimension matérielle en sollicitant des techniques, des savoir-faire qui évoluent. La construction des objets, si essentielle dans un défilé urbain qui met en scène des éléments matériels, constitue un autre niveau d’analyse. Ces sujets-objets se définissent d’abord comme des créations de l’éphémère mais ils peuvent être aussi donnés, revendus, réemployés, patrimonialisés changeant ainsi de statuts et de rôles au cours de leur biographie.