Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Agenda > Évènements passés - Archive

Séminaire de l’IDEMEC

Séminaire de l'IDEMEC

Vendredi 19 janvier 2018
14:00 – 16:00 MMSH, Aix-en-Provence, Salle G. Duby

Subjectivation #2
- Invité : Joël CANDAU
Professeur des Universités, Nice Sophia Antipolis, Idemec UMR7307

"Que fait la culture de nos cerveaux ? Existe-t-il des conditions d’adversité et de félicité culturelles (Effet Theuth) ?"

Que fait la culture de nos cerveaux ? Que fait la culture de nos aptitudes cognitives, entendues ici lato sensu (cognition pure, compétences émotionnelles, sensorielles et motrices) ? Prenant acte i) de l’extraordinaire puissance de la culture et de la diversité de ses manifestations au sein de notre espèce, ii) de l’immense plasticité du cerveau humain, de nombreuses disciplines (anthropologie cognitive, neurosciences sociales et culturelles, social and behavioral epigenetics, psychologie culturelle et interculturelle) se rejoignent autour du constat d’un cerveau culture-dependent. Cependant, la question des effets cognitifs positifs ou négatifs de cette dépendance n’est à ce jour pas posée directement et systématiquement. Lors de l’exposé, j’envisagerai la possibilité d’un projet de recherche entièrement consacré à cette question. Premièrement, je fais l’hypothèse que les matrices culturelles ont des effets différenciés sur le développement du potentiel d’apprentissage – cognitif, émotionnel, sensoriel, moteur - des êtres humains, indépendamment de la variabilité interindividuelle de ce potentiel. Suivant cette hypothèse, ces matrices auraient une valence développementale (VD) variable, dont l’effet – dénommé « Effet Theuth » en référence au Phèdre de Platon - serait plus (félicité culturelle) ou moins (adversité culturelle) favorable à l’optimisation des compétences des individus. Deuxièmement, j’envisagerai la possibilité de définir un cadre théorique et méthodologique pour identifier et évaluer cette VD dans une perspective comparative, en mesure d’intégrer tout à la fois des données etic et emic. Troisièmement, je soutiendrai que l’évaluation de cette VD i) est un point de vue original sur la diversité culturelle, ii) est de nature à contrecarrer le réductionnisme essentialiste, iii) peut être un indicateur de la qualité de vie des sociétés humaines et un outil au service du développement optimal du potentiel d’apprentissage de chaque être humain.

PDF - 204.7 ko
Affiche CANDAU2018