Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Agenda > Évènements passés - Archive

Séminaire de l’IDEMEC

Séminaire de l'IDEMEC

Vendredi 24 novembre 2017
09:30 – 12:00 MMSH, Aix-en-Provence, Salle G. Duby
14:00-16:00 MMSH, Aix-en-Provence, Salle G. Duby

En partenariat avec le Mucem

"Collectes Sensorielles"

Intervenants

- Véronique Dassié (ethnologue, Idemec), Introduction : collecter les sens

- Joël Candau (anthropologue, Pr. Université Côte d’Azur, Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (EA 7278)), Les expériences sensorielles : singulières, ma non troppo.

- Boris Raux (artiste plasticien, exposition jusqu’au 30 mars - La Douche Froide –Musée International de la Parfumerie - Grasse – France),

- Mathilde Castel (doctorante en esthétique et sciences de l’art, CERLIS, Université Paris Sorbonne Nouvelle), Pour une expertise olfactive muséale : Une recherche expérimentale au musée du Quai Branly.

- Virginie Kollmann-Caillet (conservatrice du patrimoine, musée du peigne et de la plasturgie, Oyonnax), Une grenouille cachée au fond du placard : approche artistique de la collecte olfactive.

Avec le tournant affectif et le développement d’une anthropologie pragmatiste, l’attention accordée à l’expérience et au sensible rencontre un intérêt nouveau, certains évoquant un tournant spinoziste des sciences humaines (Citton et Lordon 2008). Sons, odeurs, textures, visions interviennent en tant que contextes d’ambiance mais aussi opérateurs de réactions, de sensations, d’émotions et d’interprétations qui ne sont plus du seul ressort de la psychologie individuelle ; ils nourrissent pleinement l’analyse des sciences sociales. Les expériences sensorielles, celles de l’observé mais aussi de l’observateur, entrent ainsi dans le cœur de l’analyse. Dans le magma des sensations, odeurs et saveurs sont connues comme expériences de reviviscences pour dresser des ponts avec le passé (Candau 2016). Ressentir à nouveau une expérience révolue donne à cette mémoire incorporée le pouvoir de présentifier l’inaccessible (Muxel 1996). Dès lors, prendre en compte la perception semble offrir la garanti d’accéder aux profondeurs d’un réel intangible.
Il n’en reste pas moins que la captation des manifestations offertes aux sens ne va pas de soi tant elles interpellent la subjectivité. Quoi de plus singulier qu’une sensation éprouvée ? D’un côté, la pratique de l’ethnographie, faite d’observation et d’écoute, implique aussi la prise en compte d’une réalité dont la restitution, par le discours, évacue bien souvent la part sensible au profit d’une rationalité critique. De l’autre, celle de la conservation muséale passe par la collecte de supports matériels supposés pérennes et représentatifs et qui dès lors laisse peu de place à l’expérience singulière et incarnée. Si le visuel a depuis longtemps sa place dans la réflexion muséale, les autres registres perceptifs semblent moins compatibles avec le patrimoine (Miguet 1998). Le plus souvent, l’expérience et la sensation sont donc envisagées comme outils d’attraction et de médiation avec « des publics » (OCIM 2015), évacuant la portée sociale et culturelle de l’enjeu perceptif lui-même et dans le même temps les questions soulevées par la collecte des sensations. Dans ce cas, comment la démarche événementielle s’articule-t-elle avec le projet patrimonial ? Comment l’accueil de nouveaux publics, le développement des outils numériques et des visites guidées reconfigurent-ils la prise en compte du sensoriel ? Derrière l’expérience fugace d’une imprégnation sensorielle peut-il y avoir transmission d’un savoir aux générations futures ?
L’idée de ce séminaire est d’envisager la manière dont les expériences sensorielles peuvent être captées et restituées et à quelles conditions elles peuvent être mises en musée, exposées voire patrimonialisées. Comment l’institution muséale peut-elle traduire l’importance du toucher avec des objets mis à distance ? Que conserver et partager pour énoncer un savoir sur des saveurs ou des odeurs ? De quelles transformations et de quels artifices les collecteurs, les conservateurs et les chercheurs doivent-ils user pour parvenir à transcrire et transmettre les sens ?

PDF - 79.2 ko